Page du plan détaillé


Navigation par niveau


Navigation par tag


Navigation par EDC


navigation par suivi édito



rechercher un contenu


SECTEUR COURANT DU MANUEL > TEDI - Transformations des États démocratiques industrialisés > Jérôme VALLUY    

Introduction - Sous-section - HumaNum/ÉdiNum : projet de recherche technologique et didactique en humanités numériques

I. À éditorialiser
A. En cours de rédaction


SOMMAIRE

Comprendre pour faire et faire pour comprendre. Les dispositifs émergents d’éditorialisation numérique pour l’enseignement.

Finalités

  • À l’intersection des programmes de recherche « HOMTECH » et « CIME » (UTC/CR-Picardie), il s’agit de prolonger nos recherches en cours sur un enjeu central des « humanités numériques », celui des dispositifs émergents d’éditorialisation numérique.
  • Sur cet enjeu, l’objectif est d’approfondir la recherche dans un segment des « humanités numériques » par une recherche technologique et didactique relative à l’adaptation des corpus de sciences juridiques et politiques aux établissements de technologie (écoles d’ingénieurs, universités de technologie...).
  • L’autre objectif est d’aider à l’usage des technologies numériques pour la recherche et l’enseignement, dans les établissements de sciences juridiques et politiques (I.E.P., départements de droit et science politique d’université...).
  • Pour cela : réalisation d’un prototype d’ouvrage numérique dynamique indépendant en accès libre (ONDIAL cf. annexe 6).

Problématique

  • Les « humanités numériques », domaine où l’on voit s’hybrider informatique et sciences humaines, se développent mondialement et s’imposent dans les politiques européennes et françaises (label de Master, postes fléchés, appels d’offres...). Sur ce domaine, l’un des enjeux centraux — en recherche, formation et pratique professionnelle, pour de multiples secteurs socioéconomiques — correspond à ce que les SHS nomment l’« éditorialisation  » numérique (cf. bibliographie, annexe 7). Deux disciplines sont en pointe : les sciences de l’information et de la communication et les sciences de l’informatique. Mais toutes les autres sont concernées et impactées. Nouvelles formes d’éditorialisation numérique, management de l’information scientifique et technique et organisation des métiers émergents du numérique vont-ils donner naissance à une discipline nouvelle de recherche et formation, séparées des autres, ou au contraire se diffuser à l’ensemble des disciplines existantes ? Dans la première voie, le risque est celui d’une ghettoïsation qui pourrait avoir pour effet de freiner les progrès et les adaptations de tous les autres domaines. Mais l’autre voie ne peut s’ouvrir qu’en explorant les modalités intellectuelles et techniques de diffusion et d’adaptation des recherches en humanités numériques aux autres disciplines et secteurs. Les établissements de technologie peuvent contribuer à cela.
  • Recherches et formations en SHS, dans ces établissements, sont diversifiées mais néanmoins focalisées sur certains domaines : économie/gestion, philosophie/épistémologie, information/communication, sociologie et histoire des techniques, langues. Les sciences juridiques et politiques y demeurent marginales en nombre de cours, d’enseignants-chercheurs, de programmes de recherches. La formation des ingénieurs peut-elle se passer des savoirs et outils pour connaître et comprendre l’environnement institutionnel, juridique et politique du travail d’ingénierie ? L’informatisation du monde social entraînant une croissance rapide des réglementations et politiques publiques spécifiques, les besoins sont importants en génie informatique ; en génie biologique aussi, où la montée en puissance des réglementations sur l’environnement et la santé contraignent les concepteurs et utilisateurs de technologies nouvelles. Quant au génie urbain, il dépend très étroitement de cet environnement institutionnel. Mais il reste à concevoir des recherches et formations adaptées, qui sélectionne les contenus utiles du domaine (groupe 1 des sections CNU), en les adaptant aux contextes pédagogiques particuliers des établissements de technologie.
  • Dans les établissements de sciences juridiques et politiques, les réticences face aux mutations technologiques sont fortes. Les MOOC ont focalisé les crispations. Ils sont mal perçus en raison des taux d’abandon élevés, de la déperdition de lecture longue nécessaire à ces matières et des risques de substitution numérique/présentiel. Ces établissements et disciplines de sciences juridiques et politiques peuvent-ils espérer échapper aux transformations technologiques de la société globale ? Plutôt que de craindre ces mutations, ils pourraient s’y adapter en concevant des « néo-MOOC » : « Manuels Ouverts d’Organisation des Cours » qui rétablissent le prima des contenus sur les dispositifs, démontrent aux étudiants l’importance de la lecture approfondie (ainsi que la nécessité de présence en cours) tout en développant des supports numériques de formation utiles aux étudiants. Les MOOC proposés par FUN partent de technologies (rudimentaires) pour y adapter des contenus qui, comparés aux manuels, traités et encyclopédies de SHS, demeurent très pauvres (courtes vidéos, bibliographies, textes de référence, graphiques et illustrations, forums) ; les néo-MOOC pourraient inverser la relation en partant de contenus scientifiques et pédagogiques vastes et enrichis (textes, hypertextes, images, sons, vidéos...) pour rechercher les technologies valorisant ces contenus dans des systèmes technologiquement plus développés.

Nature de l’action

  • Le projet consiste à concevoir les contenus et la technologie d’un vaste « manuel » (de 1 à 3 millions de signes ; livrable au 31 décembre 2015) en format d’ouvrage numérique dynamique indépendant en accès libre (ONDIAL : cf. annexe 6). Sur le plan des contenus (scientifiques et pédagogiques) il s’agira d’importer dans un ensemble cohérent les savoirs utiles à la formation des ingénieurs en matière de droit constitutionnel, histoire du droit, droit administratif, sociologie historique de l’État, analyse des politiques publiques, sociologie du droit, philosophie politique (l’impasse sera faite sur le droit privé, faute de compétence de l’auteur). Cette partie de la recherche sera réalisée en articulation avec une série d’entretiens semi-directifs dans les UT, pour HOMTECH, de juin à octobre 2015. Sur le plan technologique, il s’agira de concevoir en relation avec la webdesigner, un système (complexe) sous SPIP gérant la multiplicité des modalités de lecture et des technologies d’interactivité pouvant être intégrée aujourd’hui dans un ouvrage, en partant non pas d’un système conçu ex nihilo mais des contenus, en choisissant, pour les valoriser, les technologies à intégrer dans le système (CMS). Le choix du logiciel SPIP (par rapport à WordPress, Scenarii, Drupal...) tient à la nécessité pour l’auteur de bien connaître le CMS afin de pouvoir piloter les travaux de conception et d’éditorialisation et de pouvoir travailler ultérieurement sur l’ouvrage.
  • L’ONDIAL n’est pas un ouvrage numérique « enrichi » a posteriori mais un ouvrage conçu d’emblée pour être riche d’images, de sons et de vidéos (ad hoc ou dupliqués par importation du web en libre accès), d’outils de visualisation de données (timelines, collectes documentaires, outils de curation, chapitrage analytique de vidéos ou de bandes sons, syndication de contenus...), d’articulations aux réseaux sociaux (fils RSS, Twitter, comptes spécifiques sur plateformes, dispositifs d’annotations partagées, mutualisations de signets, curations communautaires, API dédiées aux plateformes éditoriales de rediffusion...), d’interactivité (par des écritoires collaboratifs, wiki, forums, outils d’annotations individuels ou partagés...) et d’évolutivité (révisions fréquentes par l’auteur en fonction des interactions dans un collectif de peer review, d’autant plus rapides qu’elles peuvent être partielles et successives). Il est également réfléchi pour pouvoir faciliter l’exploration de l’ouvrage par la fouille de texte (nuages de tags, automates lexicographiques, surlignage automatique) et le repérage de l’ouvrage par l’ajout de métadonnées. Il peut intégrer des systèmes contrôlés et/ou automatiques de recommandations. L’annexe 1 esquisse la Une de l’ouvrage. L’ensemble du processus d’éditorialisation sur les six mois de réalisation constituera en lui-même un objet de recherche, en observation participante, destiné à distinguer les champs de compétences et leur articulation dans le processus de production.
  • Pour concevoir le CMS, il faut disposer des contenus ex ante de façon à ce que le système soit conçu en fonction d’eux et non l’inverse. Et il faut que ces contenus soient libres de droit. Le prototype intègrera donc des textes déjà existants d’un à trois millions de signes, intellectuellement organisés et libres de droit appartenant à Jérôme Valluy sous l’intitulé Gouverne-t-on ? - Transformations de l’État démocratique, action publique et gouvernance technologique agrégeant des notes de cours (L1, L3, M1, M2 = 1 Ms) au Département de science politique de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), des recherches antérieures (Doctorat = 1 Ms, HDR = 1Ms) et des recherches en cours à l’UTC-Costech sur les sciences humaines en établissements de technologie (projet HOMTECH), sur les systèmes de gestion de contenus pour l’apprentissage (projet CIME) avec le souci d’identifier dans les sciences juridiques et politiques les contenus utiles à la formation des ingénieurs. L’orientation théorique de l’ouvrage est décrite brièvement en annexe 2 et le plan de l’ouvrage en annexe 3. Les recherches en cours : Axe Synergies numériques  du Costech-UTC ; Séminaire Fichet-Heynlin et projet IDEAL  du réseau Numer-Univ ; Colloque Hnet « Humanités du numérique en environnement de technologie » du Gis-UTSH en mars 2016 (Annexe 5) ; Journée d’étude en préparation « Formats et réceptions des nouvelles éditorialisations numériques » (Costech-UTC, Gis-UTSH, Projet CIME, HumaNum/ComUE SU, 8 juin 2015 => annexe 6) ; Journée d’étude HOMTECH en préparation, « Gouvernance technologique et démocratie technique », 2 juillet 2015)

Jérôme VALLUY‚ « Introduction - Sous-section - HumaNum/ÉdiNum : projet de recherche technologique et didactique en humanités numériques  »‚ in Transformations des États démocratiques industrialisés - TEDI  - Version au 27 août 2022‚  identifiant de la publication au format Web : 12